3 Questions à un expert

J’insiste sur la nécessité d’un suivi régulier de l’acné juvénile

Resources\Visuels\V4\Headers\Articles\INT\v_header_3questions_default.jpg

L’acné juvénile survient à la puberté, chez près de 80 % des adolescents. Le visage, et souvent le dos, deviennent gras, les pores de la peau se bouchent. Les boutons rouges (papules), et blancs (pustules), apparaissent par poussées. Comment en venir à bout ? La réponse d’un dermatologue.

Comment se présente l’acné des adolescents que vous voyez en consultation ?

Les adolescents n’ont pas tous la même forme d’acné.

Ce peut être quelques boutons passagers, mais aussi de nombreux et volumineux boutons très marqués. Ceci altère leur moral, d’autant que, non traitée, l’acné peut durer plusieurs années. Nos jeunes patients « maltraitent » souvent leurs boutons, ce qui peut laisser des cicatrices. L’intensité varie suivant les moments de l’année. Elle est plus importante à l’automne.

Quels traitements préconisez-vous ?

J’explique à mes patients ce qu’est l’acné afin qu’ils comprennent bien l’objectif des traitements,

et j’insiste sur la nécessité d’un suivi régulier. Je prescris des produits locaux pour diminuer la formation des points noirs (rétinoïdes) et pour agir sur certains microbes responsables des boutons inflammatoires (péroxyde de benzoyl). Un traitement oral (antibiotiques) est souvent nécessaire pour plus d’efficacité. Dans des formes très intenses et résistantes, je propose un traitement par Isotrétinoïne.

Y a-t-il des gestes que vous effectuez au cabinet médical ?

L’acné peut prendre une forme dite « rétentionnelle » :

les pores des glandes sébacés de la peau sont obstrués par de nombreux comédons (points noirs) et microkystes. Il est alors nécessaire de pratiquer un nettoyage dermatologique de la peau. Je fais une petite scarification (indolore) à la surface de la peau pour ensuite évacuer les points noirs et les microkystes. Cela renforce l’efficacité du traitement.

  • Facebook

Recommandé pour vous

Voir tous les articles